Actualités

L’histoire des vins de Corse

Les vins de Corse sont l’héritage d’un savoir faire et d’une tradition viticole qui remontent à l’Antiquité.

vins aleriaSix siècles avant J.C, le vin d’Alalia ( Aléria aujourd’hui ) est apprécié des Grecs puis des Romains. La vigne corse traverse ensuite des siècles d’invasion et de troubles pour connaitre un développement remarquable aux 18ème et 19ème siècles. Hélas, la Corse n’échappe pas à la crise du phylloxera qui détruit 85 % de la vigne corse à la fin du 19ème siècle.

Il faut attendre les années 1960 pour que la viticulture corse soit relancée d’une manière quasi industrielle avec l’arrivée de rapatriés d’Algérie. A cette époque, la plantation massive de cépages à gros rendements produisant des vins de qualité médiocre se fait au détriment de cépages locaux. 

vins de corse aléria

Puis au début des années 1980, des pionniers représentatifs d’une nouvelle génération de viticulteurs s’engagent dans une démarche identitaire et qualitative. Une restructuration profonde du vignoble corse s’effectue par des arrachages et des replantations de cépages autochtones associés à la typicité de chacun des terroirs d’exception de l’Ile.

Force est de constater que le pari est réussi. La Corse produit désormais et depuis plus de 20 ans des vins originaux et d’une très grande qualité. Parmi plus de 30 cépages autochtones transmis de génération en génération, trois grands cépages emblématiques de l’île se retrouvent dans les 9 appellations d’origine protégée.

Le niellucciu qui donne aux vins rouges une robe d’un rouge profond et qui leur assure finesse, densité et bouquet. Le sciaccarellu donne des rouges souples et d’une grande finesse , à la robe discrètement colorée et qui offrent un bouquet poivré remarquable parfumé d’arômes de fruits rouges, épices, café et fleurs du maquis. Le vermentinu, un cépage extraordinaire selon Michel Bettane, qui accorde aux vins blancs secs un degré souvent élevé, forts en bouche avec une robe pâle aux reflets jaune-vert et aux arômes floraux de pomme et d’amandes.

 

©Musée d’Aléria   –   ©Plantgrape